Dimanche

Belle ride en train. Paysages romantiques et soleil à profusion. Bordeaux est belle (beau?). La Garonne et ses quais sont bondés de monde en habits du dimanche. C’est une ville avec de vieux bâtiments de 3 ou 4 étages maximum. C’est une échelle intéressante, où on ne se sent pas écrasé par l’environnement bâti (à l’inverse de NY où tout est démesuré).

Campagne + croque monsieur

Campagne + croque monsieur

Quai et Garonne

Quai et Garonne

rue Notre-Dame

rue Notre-Dame

En route pour Bordeaux

Le TGV qui m’amène à bordeaux arrivera à destination à 15h30 (hl). C’est une belle ride qui va me permettre de finaliser le déroulement de mon premier cours. Je dois avouer qu’avec la tempête d’activité des 2 dernières semaines, je n’ai pas eu tout le temps désiré afin de me préparer comme j’en ai l’habitude. Cette donnée fait partie du «trip» et du défi de ce périple.

J’ai par contre très hâte de rencontrer le personnel de l’ECV et les 3 autres professeurs qui participent à cette semaine de «design international». Ce serait bien de pouvoir réaliser ce genre d’activité à l’ÉMI dans le moyen terme… Mes étudiants m’en ont glissé un mot avant mon départ. La question était : pourquoi on en a pas un workshop nous? Pourquoi tu n’en donnes pas un ici? La question était bonne, et la réponse était aussi simple; l’idée du workshop est d’offrir aux étudiants l’opportunité de travailler avec un enseignant qui provient de l’extérieur du corps professoral habituel. Mais l’idée est bonne, et j’en discute avec les collègues à mon retour.

Mais dans l’immédiat, je dois concentrer mes énergies à accueillir ces nouveaux étudiants français qui seront autant dans la découverte que moi. Je suis rempli d’interrogation sur le type de relation qui s’établira entre nous; l’image du prof français qui déchire les travaux des étudiants n’est pas si loin (on a tous entendu ces histoires), pourtant mon style est si différent de cette approche autoritaire.
Je mise donc sur cette interface renouvelée (pour eux) et ne changerais rien de substantiel à ma façon de faire (de mon côté). De toute façon, Perrine, la copine d’Arnaud, m’affirme que cette attitude agressive des professeurs n’est plus vraiment «actuelle» dans les écoles d’art appliqué. Elle en sait quelque chose, car elle travaille et a étudié en scénographie. À suivre demain.

P.-S. Je suis ouvert à vos observations et commentaires; ça équivaut à m’envoyer des ondes positives tangibles.

Arrivée

Mon ami Arnaud est venu me chercher à l’aéroport pour m’amener à sa maison dans Saint-Denis, juste à l’extérieur de Paris. C’est le combat contre le réaménagement des fuseaux-horaires qui débute. Ha c’est le GOulag! (comme dirait mon père)

C'est Arnaud

C'est Arnaud

Chez Arnaud

Chez Arnaud

Semaine à l’ECV de Bordeaux

Je quitte ce soir pour aller passer une semaine à l’ECV Aquitaine de Bordeaux.
J’y ai été invité pour présenter un Workshop. Le sujet que j’ai choisi d’aborder sera l’installation événementielle (on a de la suite dans les idées ici).

Installations événementielle : JF Lacombe / Insitu / Rita / OnSite Studio

Installations événementielle : JF Lacombe / Insitu / Rita / OnSite Studio

Cette invitation, faite suite à la visite de la directrice de l’École de Communication Visuelle, Mme Sophie Alex, à l’UQO l’année dernière, est une super opportunité d’expérimenter ces concepts et ce type de projets avec des étudiants formés presque exclusivement à la culture du graphisme. Ce cours intensif de 5 jours sera donc un défi pour eux autant que pour moi. Je vous partage des images très bientôt.

Ça me rappelle lorsque je travaillais en tant que technicien en design industriel pour Sportrack Canada, et qu’ils m’avaient envoyé pour 3 semaines en Europe alors que je n’avais que 20 ans, frais sortis du CEGEP. J’étais débarqué là-bas avec… ma guitare! Beaux souvenirs que de me rappeler la face des distributeurs qui me recevaient là-bas. Je crois qu’il faut suivre son étoile. 🙂

gogo!

gogo!