Kayak, coup de soleil et -6˚

Mon périple annuel d’ouverture des parcs nationaux a repris cette année. Je suis allé faire un petit tour du côté du parc de la Mauricie afin de reconnecter avec la nature et mettre un peu de côté les écrans et les claviers.
Cette année, j’ai emporté un kayak de mer afin de parcourir un plus grand territoire et profiter de la vue des falaises du lac Wapizagonke. L’hiver n’est pas si loin, des grosses parois de neiges qui s’accrochent aux arbres me le rappelaient sans cesse. J’ai assisté à un événement spectaculaire; un bloc de glace gros comme un fauteuil a décidé de se décrocher alors que j’observais la paroi. Quel fracas! Je n’ose imaginer avoir été SOUS sa trajectoire et recevoir tout le poids de cette neige compactée. Cet événement n’a fait que renforcer mon désir d’aller pagayer dans les eaux du nord avec les icebergs.

RÉSUMÉ
Coup de soleil sur les bras à force de ramer, baignade à 19˚ (66 F), et première nuit dans la tente à -6˚.
Pas chaud! avec seulement les ours, chevreuils et castor pour vous tenir compagnie. C’est assez bizarre de revenir à l’état de «proie» et se sentir vulnérable face aux animaux. Ça reconnecte avec quelque chose d’assez profonds en-soi.
La nuit était noire, mais c’est ce qu’il y a de beau dans la forêt; le matin avec un petit café, tout est oublié.

Fauteuil de glace

Fauteuil de glace

falaises

falaises

Cécile Martin; métissage numérique

Je suis tombé sur le travail photographique de Cécile Martin, ancienne directrice de l’organisme Champ Libre de Montréal. Sa série Panorama est intéressante, certaines de ces images possèdent une sorte d’identité du lieu démultiplié. Une poétique spatiale à l’oeuvre. Allez faire un tour sur son site, Il n’y a que quelques photos, mais qui en valent le détour.

Montréal / © Cécile Martin

Montréal / © Cécile Martin

Algon / © Cécile Martin

Algon / © Cécile Martin

Oies in love

Les oies postées sur mon balcon ont survécu à l’hiver et se font maintenant chauffer le pelage au soleil de l’ouest. C’est la saison des amours.

Oie in love

Oie in love

Jeudi

atelier ECV

atelier ECV

Le dernier sprint est entamé. Demain, c’est la remise des planches de présentation et l’apéro pour célébrer. Comme le stress s’est maintenant transféré vers les étudiants, j’en ai profité pour aller me promener du côté des quais. La température est fabuleuse et me donne un avant-goût du printemps. Je redoute le retour au Québec avec 2 pieds de neige! Mais en attendant, je suis ici et j’en profite pour visiter. Suite à une suggestion de David, un autre intervenant dans les workshop, je suis allé faire un tour du côté de la base sous-marine de Bordeaux. En fait, il s’agit d’une ancienne base allemande où s’abritaient les U-Boat. Ce sont des espaces démesurés qui possèdent l’esthétique propre aux ruines industrielles. Le tout était juste un peu trop paramétré; j’aurais aimé déambuler et découvrir ces lieux à ma guise, mais le parcours était imposé et très limité, et je ne veux pas risquer de m’expliquer avec la police Française…
Mais j’ai tout de même fait quelques photos intéressantes.

bunk2

bunk2

bunker2

bunker2

bunk3

bunk3

Dimanche

Belle ride en train. Paysages romantiques et soleil à profusion. Bordeaux est belle (beau?). La Garonne et ses quais sont bondés de monde en habits du dimanche. C’est une ville avec de vieux bâtiments de 3 ou 4 étages maximum. C’est une échelle intéressante, où on ne se sent pas écrasé par l’environnement bâti (à l’inverse de NY où tout est démesuré).

Campagne + croque monsieur

Campagne + croque monsieur

Quai et Garonne

Quai et Garonne

rue Notre-Dame

rue Notre-Dame

Arrivée

Mon ami Arnaud est venu me chercher à l’aéroport pour m’amener à sa maison dans Saint-Denis, juste à l’extérieur de Paris. C’est le combat contre le réaménagement des fuseaux-horaires qui débute. Ha c’est le GOulag! (comme dirait mon père)

C'est Arnaud

C'est Arnaud

Chez Arnaud

Chez Arnaud

Oies de garde

L’hiver 2009 semble être parti pour être aussi rude que celui de l’an dernier, avec autant de neige et de basses températures. Une chance que ces deux oies ont trouvé refuge sur mon balcon.

oies de garde

oies de garde