Vendredi

2 travaux

2 travaux

Voilà, le workshop s’est terminé dans la bonne humeur et le cidre bien refroidi. Les étudiants sont tous repartis prendre leurs trains pour la semaine de relâche. Je suis satisfait de ma contribution, même si je suis arrivé en retard ce matin; une préposée à l’hôtel avait oublié de programmer le système de réveil téléphonique. Quelle affaire! Enfin, une chance que je ne comptais pas sur le professionnalisme de l’hôtel pour attraper un train…
Ceci dit, plusieurs bons projets, mais l’essentiel était d’ouvrir le chemin à des possibilités de projets hors les supports traditionnels du design graphique. Cet objectif est atteint et je m’en retourne profiter de Bordeaux pour une dernière soirée avec David Helman, un des membres du collectif l’Oeil sur le plat de Bordeaux. Remerciements au graphiste Jérome Charbonnier pour nous avoir fait visiter les locaux du collectif et pour les bonnes discussions sur la profession et son enseignement.

logo oeil sur le plat

logo oeil sur le plat

Univers condensé

Quel après-midi ensoleillé. Je n’ai pu résister d’arrêter dans un petit bar qui s’appelle le SOCAFÉ. À priori, je n’ai pas compris pourquoi j’étais si attiré par cet endroit. Soit, sa devanture était séduisante, sa terrasse ensoleillée, mais il y avait dans ce lieu comme un aspect qui me semblait familier. J’ai compris lorsqu’une fois assis, j’ai levé le regard sur l’enseigne pour me rendre compte qu’elle était composée avec de l’Univers condensé, la typographie que j’ai le plus utilisée dans ma pratique. La vue de cette fonte a vraisemblablement contribué à mon sentiment d’affiliation et de familiarité avec ce lieu! Peut-être que cet événement peut expliquer, à ceux qui ne comprennent pas toujours, l’obsession et la sensibilité des graphistes pour la forme des lettres.

aero

aero

En route pour Bordeaux

Le TGV qui m’amène à bordeaux arrivera à destination à 15h30 (hl). C’est une belle ride qui va me permettre de finaliser le déroulement de mon premier cours. Je dois avouer qu’avec la tempête d’activité des 2 dernières semaines, je n’ai pas eu tout le temps désiré afin de me préparer comme j’en ai l’habitude. Cette donnée fait partie du «trip» et du défi de ce périple.

J’ai par contre très hâte de rencontrer le personnel de l’ECV et les 3 autres professeurs qui participent à cette semaine de «design international». Ce serait bien de pouvoir réaliser ce genre d’activité à l’ÉMI dans le moyen terme… Mes étudiants m’en ont glissé un mot avant mon départ. La question était : pourquoi on en a pas un workshop nous? Pourquoi tu n’en donnes pas un ici? La question était bonne, et la réponse était aussi simple; l’idée du workshop est d’offrir aux étudiants l’opportunité de travailler avec un enseignant qui provient de l’extérieur du corps professoral habituel. Mais l’idée est bonne, et j’en discute avec les collègues à mon retour.

Mais dans l’immédiat, je dois concentrer mes énergies à accueillir ces nouveaux étudiants français qui seront autant dans la découverte que moi. Je suis rempli d’interrogation sur le type de relation qui s’établira entre nous; l’image du prof français qui déchire les travaux des étudiants n’est pas si loin (on a tous entendu ces histoires), pourtant mon style est si différent de cette approche autoritaire.
Je mise donc sur cette interface renouvelée (pour eux) et ne changerais rien de substantiel à ma façon de faire (de mon côté). De toute façon, Perrine, la copine d’Arnaud, m’affirme que cette attitude agressive des professeurs n’est plus vraiment «actuelle» dans les écoles d’art appliqué. Elle en sait quelque chose, car elle travaille et a étudié en scénographie. À suivre demain.

P.-S. Je suis ouvert à vos observations et commentaires; ça équivaut à m’envoyer des ondes positives tangibles.

Semaine à l’ECV de Bordeaux

Je quitte ce soir pour aller passer une semaine à l’ECV Aquitaine de Bordeaux.
J’y ai été invité pour présenter un Workshop. Le sujet que j’ai choisi d’aborder sera l’installation événementielle (on a de la suite dans les idées ici).

Installations événementielle : JF Lacombe / Insitu / Rita / OnSite Studio

Installations événementielle : JF Lacombe / Insitu / Rita / OnSite Studio

Cette invitation, faite suite à la visite de la directrice de l’École de Communication Visuelle, Mme Sophie Alex, à l’UQO l’année dernière, est une super opportunité d’expérimenter ces concepts et ce type de projets avec des étudiants formés presque exclusivement à la culture du graphisme. Ce cours intensif de 5 jours sera donc un défi pour eux autant que pour moi. Je vous partage des images très bientôt.

Ça me rappelle lorsque je travaillais en tant que technicien en design industriel pour Sportrack Canada, et qu’ils m’avaient envoyé pour 3 semaines en Europe alors que je n’avais que 20 ans, frais sortis du CEGEP. J’étais débarqué là-bas avec… ma guitare! Beaux souvenirs que de me rappeler la face des distributeurs qui me recevaient là-bas. Je crois qu’il faut suivre son étoile. 🙂

gogo!

gogo!

Wall Design à l’ÉMI

La profession de designer graphique exige souvent de créer à partir d’un contenu et d’une commande imposée. Plus souvent qu’autrement, les valeurs et idées véhiculées par les objets du design sont celles d’un client. Mais qu`en est-il des designers eux-mêmes? L`histoire nous démontre que parfois, les designers graphiques sont capables de s`extirper du moule et de produire des contenus et des idées qui servent un autre dessein que celle de courroie de transmission du système commercial.
Cette question a été posée et le défi fut relevé par l`équipe de Wall design [composée de profs, de chargés de cours et d’étudiants]. Venez découvrir les projets parfois subversifs, parfois ludiques, mais toujours pertinents que l’équipe de designers a réalisés à l’espacémi.

Vernissage à l’espacémi, le mercredi 11 février de 17h à 20h.
L’exposition se poursuit jusqu’au 24 février.

signature Wall Design

signature Wall Design

Nouvelle esthétique 2.0 (suite)

Pour faire suite à mon dernier article :
Quoi qu’il en soit, le design d’interface, ou la scénarisation Web, tient dans l’établissement d’une expérience émotionnelle et physique; le parcours et les actions…la composition visuelle et l’ergonomie. Le design pourrait un jour évoluer pour devenir la discipline du “mapping”.

L’interaction entre le paysage physique et celui imaginaire n’est jamais loin. C’est une théorie récurrente dans ma pratique et mon enseignement. J’y reviendrais bientôt afin de clarifier ma pensée qui peut sembler, à ce moment-ci, un peu loin du Web. Mais voici la piste; le site et le lieu sont des concepts physiques qui trouvent des équivalents dans le domaine numérique (site-Web/site-paysage).

ideogramme

Agrégat graphique ou la nouvelle esthétique

L’esprit de l’esthétique Web s’étend maintenant dans le design graphique imprimé; nous ne sommes plus en présence d’un contenu linéaire, mais bien d’une esthétique possédant des accès démultipliés à son contenu. Une esthétique où les strates de sens offrent des parcours multiples. Une esthétique d’abondance où les éléments disruptifs parallèles s’entremêlent au contenu “véritable” pour former une expérience visuelle dense, où les styles, références et expériences imagières sont superposés afin d’enrichir le message original.
C’est une sorte de revanche de l’ornementation tant rabattue par la modernité…