Visite de l’expo universelle de Shanghai

C’était ma première visite à une exposition universelle. Cela dit, j’ai beaucoup visité le site de Terre des hommes avec ma famille quand j’étais enfant, alors c’était un peu mon point de comparaison.
Je dois dire que je suis étonné de constater que le concept de design pour une exposition universelle n’a pas vraiment changé depuis le siècle dernier. Des photomontages, des images qui défilent sur des rouleaux, des artéfacts et objets locaux à vendre, des spectacles de danse traditionnelle, des projections, des projections, et je vous l’ai tu dit, des projections?!

Dans la surabondance des outils de communication actuels, la présentation d’objets, d’images, de films et de sons ne suffit plus, il faut offrir plus au public de plus en plus averti. Dans le cas du design d’exposition, il est impossible de parler uniquement d’un travail graphique et de mise en valeur des objets. Il faut également considérer l’aspect du lieu (voir mon article à ce sujet). C’est une donnée incontournable dans le monde d’aujourd’hui. Principalement parce que l’expérience d’une exposition se fait dans le temps et l’espace, et non pas délocalisée comme peut se faire l’expérience d’autres médias comme la vidéo, la télévision, la musique, etc.

Les innovations dans le domaine du design d’exposition semblent graviter autour de l’expérience de proximité avec l’événement et de l’expérience spatiale du lieu. Mais c’est principalement l’architecture qui permet aux pavillons vedettes de se démarquer. Je pense en particulier à celui de la Hollande qui offre une expérience de visite extérieure en hauteur ou au pavillon de l’Angleterre avec son cube hérisson gigantesque.

Interaction et lieux
L’exposition de Shànghǎi capitalise, à sa façon, sur l’idée des réseaux sociaux et du Web 2.0 : c’est à dire à l’inclusion active du public. D’ailleurs, on devrait maintenant parler d’utilisateur plutôt que de public, ça me paraitrait plus juste. Cette participation se manifeste dans les interactions possibles au sein des pavillons eux-mêmes, mais également dans l’expérience qu’offre l’architecture à proprement parler : les volumes, les textures, les parcours physiques et visuels, l’expérience spatiale et le déplacement dans le lieu. Ce sont ces pavillons, ceux qui offrent la plus grande expérience du lieu, qui semblent toucher et marquer le plus les visiteurs (les interminables files d’attente sont là pour en témoigner!)

Site de l'expo et pavillon de la Chine

Site de l'expo et pavillon de la Chine

Vuvuzela contre petit banc!

vuvuzela

vuvuzela

petit banc

petit banc

Le petit banc de plastique serait en passe de devenir l’image-objet de l’exposition universelle de Shanghai, tout comme la vuvuzela est devenue l’image-objet de la coupe du monde 2010.
Léger, pliable, économique et surtout pratique pour patienter dans les interminables lignes d’attentes nécessaires pour entrer dans les pavillons de l’expo, c’est le favori des locaux! Il a même fait son apparition dans le métro où il est utilisé lorsqu’il n’y a plus aucun banc de disponible.
Mais attention, vous devez avoir de bons genoux!
À surveiller dans un magasin à 1$ près de chez vous.
P.-S. Plus d’articles sur ma visite à l’expo universelle de Shanghai suivront bientôt.

petit banc en action

petit banc en action


Petit banc en action 2

Petit banc en action 2

Présentation du gros biscuit à DAÏMÕN

Présentation de mon projet interactif Kortunefookie au centre DAÏMÕN de Gatineau, du mercredi 12 mai au dimanche 23 mai 2010. Cette diffusion est une occasion pour amener le projet à un autre niveau en présentant l’abri qui accompagnera maintenant l’oeuvre dans tous ces déplacements. Cette microarchitecture est construite en cèdre rouge recyclé, en acier, en acrylique et avec de la cire d’abeille. Elle sert principalement de refuge au biscuit géant ainsi que de lieu de focalisation pour expérimenter ce petit rituel ludique.

Vernissage le mercredi 12 mai à 18h30. Venez obtenir votre fortune!


Participation au Carton Jaune de Punkt

Le deuxième concours de design organisé par l’Atelier Punkt comportait des règlements très simples; ça devait être jaune et subversif! J’ai donc conçu un banc public avec des barrières de construction recyclées. Pour la fabrication, j’ai créé une typologie d’assemblage très simple et utilisé uniquement les deux types d’éléments que l’on retrouve dans ces objets de construction (la barrière et le tréteau). Le résultat me plait bien.
Le vernissage aura lieu le vendredi 30 avril à l’atelier Punkt de Montréal.

Après l’expo, cette pièce de mobilier viendra habiter mon bureau à l’université afin d’y recevoir les étudiants et les collègues.

IMG_3439l

EKO/ECHO Expo-bénéfice pour Haïti

flyer_final

Il y a environ deux semaines, au lendemain de la catastrophe qui a secoué Haïti, mon ami Rafael Sottolichio m’a fait parvenir un courriel simple, mais explicite; «Si vous êtes intéressé à participer à cette exposition-levée de fonds au profit d’Haïti d’une façon ou d’une autre, faites-moi signe.»

L’appel était clair et sans équivoque, il organisait une exposition-bénéfice de 3 jours éclair pour venir en aide à ce pays dévasté. Beaucoup de réponses, beaucoup d’artistes, peu d’espace, donc accrochage de type salon pour des oeuvres picturales. Je donnerai ma photographie La chambre verte, celle-là même qui fera la couverture du livre de Chantal Ringuet.

Les profits seront versés intégralement à cette levée de fonds.
Une autre façon de faire un petit geste.
Directions pour aller à la Galerie du Viaduc.

La-chambre-verte
La chambre verte, Carrière de Wakefield, 2007