Vendredi

2 travaux

2 travaux

Voilà, le workshop s’est terminé dans la bonne humeur et le cidre bien refroidi. Les étudiants sont tous repartis prendre leurs trains pour la semaine de relâche. Je suis satisfait de ma contribution, même si je suis arrivé en retard ce matin; une préposée à l’hôtel avait oublié de programmer le système de réveil téléphonique. Quelle affaire! Enfin, une chance que je ne comptais pas sur le professionnalisme de l’hôtel pour attraper un train…
Ceci dit, plusieurs bons projets, mais l’essentiel était d’ouvrir le chemin à des possibilités de projets hors les supports traditionnels du design graphique. Cet objectif est atteint et je m’en retourne profiter de Bordeaux pour une dernière soirée avec David Helman, un des membres du collectif l’Oeil sur le plat de Bordeaux. Remerciements au graphiste Jérome Charbonnier pour nous avoir fait visiter les locaux du collectif et pour les bonnes discussions sur la profession et son enseignement.

logo oeil sur le plat

logo oeil sur le plat

Mercredi

Difficile contexte que ce workshop! La présence de deux groupes dans un même local est ardue à gérer. L’espace sonore est saturé et les occasions de distraction sont nombreuses. J’espère tout de même que les étudiants en retiendront un bon souvenir. Je sais que moi oui, et malgré les embuches, je demeure enthousiaste.

Workshop ECV

Workshop ECV

Aujourd’hui j’ai parlé (ou plutôt parlé très fort!) de la différence entre l’identité corporative et l’image corporative… La théorie que j’ai préparée pour ce workshop est peut-être un peu trop précoce par rapport au cursus des étudiants. Difficile que d’évaluer le niveau d’un cours dont on n’a aucun point de référence. Mais je m’ajuste constamment afin de rendre l’expérience agréable et enrichissante pour tous.
J’espère que mes petites capsules théoriques ne les emmerdent pas trop et qu’elles viennent plutôt nourrir leur démarche de création!

Plus tard en après-midi, Benito nous a fait une petite présentation de son processus de travail d’affichiste. Il se spécialise dans la promotion d’événements culturels (théâtre en particulier), domaine où les budgets sont minces, mais où la marge de manoeuvre pour la créativité est considérable. Le jeu en vaut la chandelle.

Benito in action

Benito in action

Lundi

Le premier cours s’est bien passé. Le personnel de l’ECV est très chaleureux et les étudiants également. Ils sont forts en conceptualisation et n’attendent pas des encouragements pour produire des esquisses. Demain, je pars visiter quelques sites potentiels avec eux afin de voir les possibilités, question de pousser le projet à son maximum. J’ai également rencontré Benito Cabanas, l’autre professeur invité qui réside au même hôtel que moi. C’est un affichiste sympathique et très calme qui vient du Mexique. Voici le lien pour son site corporatif. Je suis heureux d’en apprendre plus sur cette culture et ce pays que je ne connais pas assez.

Benito Cabanas

Benito Cabanas

Comme le pavillon principal de l’ECV est en rénovation, nous sommes situés dans l’aile dédiée au multimédia. Et comme il y a 4 workshop et seulement 3 salles de disponibles, on nous a demandé, à Benito et moi, de partager la grande salle. Ceci complique les choses lorsqu’il est temps de présenter de la théorie ou de transmettre de directives (le bruit est intense!), mais l’énergie dégagée par tous ces étudiants réunis offre un autre genre d’expérience. Ce contexte influencera surement la teneur des projets. On fait toujours avec le contexte.

En route pour Bordeaux

Le TGV qui m’amène à bordeaux arrivera à destination à 15h30 (hl). C’est une belle ride qui va me permettre de finaliser le déroulement de mon premier cours. Je dois avouer qu’avec la tempête d’activité des 2 dernières semaines, je n’ai pas eu tout le temps désiré afin de me préparer comme j’en ai l’habitude. Cette donnée fait partie du «trip» et du défi de ce périple.

J’ai par contre très hâte de rencontrer le personnel de l’ECV et les 3 autres professeurs qui participent à cette semaine de «design international». Ce serait bien de pouvoir réaliser ce genre d’activité à l’ÉMI dans le moyen terme… Mes étudiants m’en ont glissé un mot avant mon départ. La question était : pourquoi on en a pas un workshop nous? Pourquoi tu n’en donnes pas un ici? La question était bonne, et la réponse était aussi simple; l’idée du workshop est d’offrir aux étudiants l’opportunité de travailler avec un enseignant qui provient de l’extérieur du corps professoral habituel. Mais l’idée est bonne, et j’en discute avec les collègues à mon retour.

Mais dans l’immédiat, je dois concentrer mes énergies à accueillir ces nouveaux étudiants français qui seront autant dans la découverte que moi. Je suis rempli d’interrogation sur le type de relation qui s’établira entre nous; l’image du prof français qui déchire les travaux des étudiants n’est pas si loin (on a tous entendu ces histoires), pourtant mon style est si différent de cette approche autoritaire.
Je mise donc sur cette interface renouvelée (pour eux) et ne changerais rien de substantiel à ma façon de faire (de mon côté). De toute façon, Perrine, la copine d’Arnaud, m’affirme que cette attitude agressive des professeurs n’est plus vraiment «actuelle» dans les écoles d’art appliqué. Elle en sait quelque chose, car elle travaille et a étudié en scénographie. À suivre demain.

P.-S. Je suis ouvert à vos observations et commentaires; ça équivaut à m’envoyer des ondes positives tangibles.

Semaine à l’ECV de Bordeaux

Je quitte ce soir pour aller passer une semaine à l’ECV Aquitaine de Bordeaux.
J’y ai été invité pour présenter un Workshop. Le sujet que j’ai choisi d’aborder sera l’installation événementielle (on a de la suite dans les idées ici).

Installations événementielle : JF Lacombe / Insitu / Rita / OnSite Studio

Installations événementielle : JF Lacombe / Insitu / Rita / OnSite Studio

Cette invitation, faite suite à la visite de la directrice de l’École de Communication Visuelle, Mme Sophie Alex, à l’UQO l’année dernière, est une super opportunité d’expérimenter ces concepts et ce type de projets avec des étudiants formés presque exclusivement à la culture du graphisme. Ce cours intensif de 5 jours sera donc un défi pour eux autant que pour moi. Je vous partage des images très bientôt.

Ça me rappelle lorsque je travaillais en tant que technicien en design industriel pour Sportrack Canada, et qu’ils m’avaient envoyé pour 3 semaines en Europe alors que je n’avais que 20 ans, frais sortis du CEGEP. J’étais débarqué là-bas avec… ma guitare! Beaux souvenirs que de me rappeler la face des distributeurs qui me recevaient là-bas. Je crois qu’il faut suivre son étoile. 🙂

gogo!

gogo!