Voilà, le personnage a hier soir tiré sa révérence devant ses ex, amis et collègues (peut-être même ses ennemis, qui sait!) C’est que le style flamboyant de Frédéric Metz n’a jamais laissé personne indifférent. C’était son branding personnel, cette manière désinvolte d’émettre des opinions tranchées sur le design. On peut adorer, critiquer ou ne pas aimer, mais il a su, à sa façon, mettre le design sur la place publique québécoise et initier des réflexions sur ce domaine qui ne défraie pas toujours la manchette comme peuvent le faire les autres arts majeurs. Pourtant, le design est présent à chaque instant dans toutes les sphères de nos vie. Frédéric se sera démené pour que les objets et images du design qui nous entoure soient des projets bien conçus, pertinents et esthétiques. Une passion qu’il a su transmettre à toute une génération de designers.

Dans ses mots sur le travail de professeur qu’il a exercé pendant 32 ans : «C’est un vrai métier qui, selon moi, demande un engagement total et dans lequel il n’y a aucun clivage entre la vie privée et la vie professionnelle. C’est une façon de penser, de vivre sa matière chaque instant, en la renouvelant sans cesse.»

Il a véçu et vivra selon ce crédo. Au revoir Frédéric!

200905271934000
La seule photo que je possède de l’événement; mon ami Nico Saint-Cyr en pleine danse du I-phone après moult coupes de champagne!