bienvenue_fr_home
 
 
 


Historique


Dans la foulée des actions entreprises suite au rapport «Un Québec fous de ses enfants» (Bouchard, 1991), ÉcoPréscolaire est une réponse d'un groupe de chercheuses et chercheurs ayant le souci de transférer l'expertise issue de la recherche sur le développement de l'enfant aux personnes qui sont la source même de cette expertise: les parents, les éducatrices et les enfants eux-mêmes. Amorcée depuis quatre ans, la mise en place de la plate-forme de transfert s'est faite consécutivement à travers trois volets : le volet ÉcoFamille, le volet ÉcoCPE et enfin, le volet ÉcoEnfant.

Déjà la collaboration enthousiaste des parents et des éducatrices aux différents projets de recherche, sans intention de soutien direct, ont révélé aux chercheurs et chercheuses que l'intérêt porté aux enfants et les multiples perspectives proposées lors de la participation étaient en soi un apport involontaire appréciable pour les participants. Ce sont eux qui nous ont permis de décrire ce qu’est être un enfant, un parent ou un éducateur. Ils ont aussi été les premiers à nous faire réaliser que le soutien ne passe pas obligatoirement par «le bon conseil» sur ce qui doit être fait ou non avec l’enfant.

Une première collaboration en 1998 entre l'Unité de recherche sur les interactions humaines de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue et la Maison de la famille de la MRC de Rouyn-Noranda a permis les apprivoisements et apprentissages nécessaires pour construire un modèle signifiant de transfert. La Maison de la famille, organisme issu des mouvements communautaires, avait déjà des objectifs de promotion de la famille et de développement des personnes. Son expertise auprès des parents, ainsi que sa philosophie de soutien aux personnes, ont permis la mise en commun d’un potentiel de savoir et de savoir-faire entre cet organisme communautaire et l’Université qui s'est concrétisé dans le programme ÉcoFamille, soutenu financièrement par le Fonds des services aux collectivités du ministère de l’Éducation (1998-2000).



Le programme ÉcoCPE, pour sa part, émerge d’une collaboration avec le Regroupement des centres de la petite enfance de l’Abitibi-Témiscamingue (RCPEAT). C’est par la mise sur pied d’une table de travail regroupant éducatrices, responsables de garde en milieu familial, conseillères pédagogiques et gestionnaires de centres de la petite enfance, ainsi que des membres de l’URIH que cette collaboration a pris forme. Celle-ci a permis de mettre sur pied une proposition signifiante et opérationnelle de soutien aux éducatrices : ÉcoCPE. Cette proposition qui s’adresse à tout le personnel éducatif des centres de la petite enfance (CPE), aux autres milieux de garde, ainsi qu’aux autres intervenantes du milieu qui soutiennent le travail des éducatrices épouse une forme et un contenu cohérent avec le programme ÉcoFamille déjà développé. Ce volet a aussi été soutenu financièrement par le Fonds des services aux collectivités du ministère de l’Éducation (2000-2002).

La conception du troisième volet, ÉcoEnfant, est présentement en cours. Ce processus s'inscrit en continuité avec une démarche de recherche collaborative amorcée en janvier 2001 dans le cadre du projet «La résolution de problèmes interpersonnels : une habileté qui se développe dès la prime enfance financé par la Fondation de l'Université du Québec à Rimouski (2001-2003). Ainsi, des éducatrices en centres de la petite enfance ont expérimenté l'animation des activités d'initiation aux stratégies d'éducation socio-cognitive avec des enfants de quatre ans. Cette collaboration sert de base au développement du programme qui devrait être complété et évalué vers la fin de l'automne 2003.

ÉcoPréscolaire est né d’un désir de collaboration entre des chercheures et chercheurs de quatre universités associés à trois groupes de recherche ayant des préoccupations similaires pour le développement de l’enfant. Grâce à un soutien financier de près de 450 000$ de Développement des ressources humaines Canada par son Programme de partenariats en développement social, ÉcoPréscolaire veut assurer l'arrimage et soutenir l'implantation des différents volets du programme. Il tente aussi d'élargir les bases de collaboration à d'autres chercheurs ayant des préoccupations semblables, et de rendre visible les problématiques signifiantes pour le milieu en plus de faire des propositions créatives de soutien au milieu. En ce sens, ÉcoPréscolaire se veut autant un projet qu'un programme, en demeurant ouvert à toutes les propositions de renforcement de la responsabilisation collective de l'éducation des jeunes enfants.

   

 © Université du Québec en Outaouais 2002