.
TRAITEMENTS TRADITIONNELS vs VIRTUELS POUR LES PHOBIES SPÉCIFIQUES:
La technique traditionnelle jugée la plus efficace dans le traitement des phobies consiste à exposer graduellement l'individu au stimulus phobogène, selon une hiérarchie de situations anxiogènes pré-déterminée par la personne. L’exposition se fait en situation réelle ("in vivo") ou en imagination et peut avoir lieu soit dans le bureau du thérapeute (p.ex. phobie des insectes), soit à l’extérieur (p.ex. dans un édifice public pour la phobie des ascenseurs).
 

Les limites de la technique d'exposition
Thérapie virtuelle
Avantages de la thérapie virtuelle

LES LIMITES INHÉRENTES À LA TECHNIQUE D'EXPOSITION:
Bien que l'exposition "in vivo" ait été jugée comme étant la technique la plus efficace dans le traitement des phobies, il faut mentionner qu'elle est susceptible d'occasionner certains désavantages pour le client et le thérapeute. En effet, il faut s'attendre, lors de ce type de thérapie, à être confronté à des limites telles le bris de confidentialité lors d’exposition dans un endroit public, l’entretien des animaux et des insectes (de même que le devoir de les remplacer lorsque cela s'impose), la possibilité d’un imprévu (p. ex. l’ascenseur est en panne ou reste coincé), le climat (p. ex. peur des orages), les coûts monétaires (p. ex. pour la phobie de voler en avion), etc. En ce sens, les avantages reliés à l'utilisation de la réalité virtuelle offrent un potentiel thérapeutique particulièrement intéressant pour les phobies.
LA THÉRAPIE VIRTUELLE DANS LE TRAITEMENT DES PHOBIES:

La thérapie virtuelle, dans le cadre du traitement des phobies, permet d’exposer la personne au stimulus phobogène (de la même façon que le fait la thérapie traditionnelle) à partir d’une situation générée par un ordinateur. À l’aide d’un casque intégré d’un écran, la personne se perçoit dans un environnement virtuel où elle est exposée graduellement à sa peur (exposition "in virtuo").

Pour faciliter la tâche aux cliniciens tentés de pratiquer la thérapie virtuelle avec des individus souffrant de certains troubles anxieux (dont la phobie spécifique), plusieurs logiciels ont été créés dans le but de soigner certaines psychopathologies telles que: l'agoraphobie, le trouble de stress post-traumatique, les phobes spécifiques (hauteurs, voyager en avion, endroits clos, parler en public, etc.), l'évaluation des troubles de déficit de l'attention, etc. Comme ces logiciels sont très dispendieux, le Laboratoire de Cyberpsychologie utilise des jeux d'ordinateurs modifiés pour créer ses propres environnements virtuels. L'intérêt d'adapter des jeux d'ordinateurs pour l'exposition virtuelle offre plusieurs avantages, dont entre autres une réduction considérable des coûts et la possibilité de créer ou modifier une multitude d'environnements virtuels en fonction des besoins particuliers de chaque personne.

LES AVANTAGES PRÉSENTÉS PAR LA THÉRAPIE VIRTUELLE:

Offrir des services par l'entremise de la réalité virtuelle comporte plusieurs avantages comparativement aux techniques traditionnelles d'exposition aux phobies (in vivo ou imagination) (North, North, & Coble, 1996; Riva, Wierderhold, & Molinari, 1998; Rothbaum & Hodges, 2002). En voici quelques exemples :

  1. Augmentation du contrôle et sécurité : L'environnement virtuel permet de contrôler les imprévus pouvant surgir lors de l'exposition dans l'environnement réel (p. ex. ascenseur brisé, turbulence dans l'avion, trafic intense). De plus, l'environnement virtuel permet au client d'être exposé à certaines peurs pouvant être difficiles à reproduire en situation réelle (p. ex. peur de voyager en avion) à l’intérieur d’un contexte sécurisant.
  2. Diminution des risques de briser la confidentialité : Pour les techniques traditionnelles d’exposition graduelle, le thérapeute doit accompagner son client dans différents endroits pour lui permettre d’apprivoiser l’objet de sa peur. Toutefois, ces techniques nécessitent des sorties à l'extérieur du bureau pour faire de l’exposition dans un endroit public (p. ex. phobie des hauteurs) et ceci, peut devenir gênant pour le client. La thérapie virtuelle s’effectue dans un bureau privé, ce qui permet d’assurer la confidentialité.
  3. Minimiser l’évitement : L'évitement est le comportement le plus courant chez les personnes phobiques. Celui-ci se manifeste aussi en thérapie, lors de l'exposition. Avec la thérapie virtuelle, il est beaucoup plus difficile pour le client d'éviter le stimulus phobique puisqu'il se trouve directement confronté à celui-ci sous la supervision du thérapeute. Le thérapeute peut voir à l’écran de son ordinateur l’image projetée dans le casque virtuel grâce à l’appareil de suivi des déplacements. De cette façon, il peut ramener le client à regarder l’objet phobogène s’il a tendance à dévier son attention du stimulus phobogène.
  4. Respecter le rythme du client : Le thérapeute peut voir et entendre ce que le client vit dans l’environnement virtuel. Si le niveau d’anxiété du client est trop élevé, le client peut retourner facilement à un niveau moins anxiogène de traitement ou simplement retirer le casque virtuel. Il est aussi possible de répéter l’étape d’exposition aussi souvent que nécessaire et ainsi permettre au thérapeute de poursuivre les sessions selon le rythme du client.
  5. Contexte sécurisant : La thérapie virtuelle offre au client ayant de la difficulté à s’imaginer des scènes anxiogènes et/ou étant trop phobique pour s’exposer à des situations réelles, d’apprivoiser l’objet phobogène dans un contexte plus sécurisant.
  6. Élimination de l’entretien des animaux : Pour les personnes souffrant d’une phobie de type animal ou insecte, la thérapie traditionnelle « in vivo » peut aussi devenir dispendieuse et compliquée, car le thérapeute doit se les procurer, les nourrir et les entretenir constamment.
  7. Réduction des coûts : Elle permet de diminuer les coûts pouvant survenir lors d'une thérapie d'exposition traditionnelle (p. ex. location de l'avion, déplacements). De plus, plusieurs compagnies d'assurances ne paient pas les sessions de thérapie de trop longue durée lors des sessions d'exposition nécessitant de sortir du bureau. Cela n'est pas problématique en thérapie virtuelle puisque tout se passe dans le bureau du thérapeute durant moins d'une heure par semaine. L’intérêt d’adapter des jeux ordinateurs pour l’exposition virtuelle offre plusieurs avantages en terme de réduction considérable des coûts, de possibilités à créer une multitude d’environnements virtuels en fonction des besoins particuliers de chaque personne et d’obtenir un programme de traitement efficace pour traiter plusieurs types de phobies.
  8. Augmentation de l’accessibilité des services : La prévalence du trouble de phobie spécifique est très répandue en Amérique du Nord, pourtant seulement une minorité consulte pour traiter sa phobie. Ce type de thérapie peut sembler sécurisant pour une personne phobique et la motiver à consulter. Pour le thérapeute, cette technologie permet de diminuer le temps des déplacements pour faire l’exposition dans des endroits publics, donc avoir plus de disponibilité pour traiter plusieurs clients à l’intérieur de son bureau.
  9. Transfert des acquis dans le monde réel : La réalité virtuelle peut devenir un atout pour débuter l’exposition aux stimuli phobogènes dans un contexte sécurisant. Des études effectuées par l’entremise de la réalité virtuelle montrent l’efficacité à long terme de ce type de traitement pour l’acrophobie (Bouchard, St-Jacques, Robillard, Côté, & Renaud, 2004; Emmelkamp, Bruynzeel, Drost, & van der Mast, 2001; Rothbaum et al., 1995; Schuemie et al., 2000), pour la claustrophobie (Botella et al., 1998; Botella, Banos, Villa, Perpina, & Garcia-Palacios, 2000; Bouchard, St-Jacques, Côté, Robillard, & Renaud, 2004) et l’arachnophobie (Bouchard, Côté, Robillard, St-Jacques, & Renaud, soumis; Carlin, Hoffman, & Weghorst, 1997).
.