.
LA PETITE HISTOIRE DU LABORATOIRE DE CYBERPSYCHOLOGIE DE L'UQO
Le Laboratoire de Cyberpsychologie a connu ses premiers balbutiements suite à l'obtention d'une subvention interne de recherche de l'Université du Québec en Outaouais (UQO anciennement l'UQAH) (Programme Communauté Scientifique Réseau) en 1996 par Stéphane Bouchard. Les travaux de l'équipe, co-dirigés par Stéphane Bouchard, ont mené à la création officielle du Laboratoire en 1999. Ce dernier était alors subventionné par les fonds de la Subvention Interne de Recherche (SIR), puis par les fonds pour la Formation de Chercheurs et l'Aide à la Recherche (FCAR).
.

En 2001, l'équipe a commencé à s'élargir et ne cesse de progresser depuis. En 2002, l'obtention de subventions de la Fondation Canadienne pour l'Innovation (FCI) et des Instituts de Recherche en Santé du Canada (IRSC) a donné un essor additionel aux travaux en cours, entre autres pour les projets impliquant la vidéoconférence dans le traitement du trouble panique avec agoraphobie et ceux impliquant la réalité virtuelle dans le traitement des troubles anxieux.

 
L'ÉQUIPE DU LABORATOIRE DE CYBERPSYCHOLOGIE DE L'UQO

L'équipe de recherche est sous la co-direction Stéphane Bouchard, Ph.D. détenant une formation en psychologie, une formation post-doctorale ainsi qu'une charge d'enseignement en psychologie à l'UQO.

.
Cette équipe de recherche en cyberpsychologie contribue déjà de façon marquée à la formation d'étudiant(e)s de 1er et 2ième cycle ainsi que de niveau post-doctoral et ce, dans les domaines de la psychologie, de la psychoéducation des sciences infirmières et de l'éducation.
 

Le Laboratoire de cyberpsychologie de l'UQO est composé des personnes suivantes:

 
Description du profil des chercheurs:

- Stéphane Bouchard, Ph.D., co-directeur du labo:

 

 

 

 



Lien courriel

(819) 595-3900#2360
Fax: (819) 595-2250

Stéphane Bouchard a obtenu son doctorat de l'Université Laval en 1995. La même année, il terminait une année de post-doctorat et était engagé à titre de professeur à l'Université du Québec en Outaouais. Ses travaux portent sur l'efficacité des interventions cognitives-comportementales dans le traitement des troubles d'anxiété et leurs mécanismes sous-jacents. Il se spécialise depuis quelques années dans l'utilisation de la réalité virtuelle et de la télépsychothérapie en vidéoconférence. Il occupe un leadership important au sein du Laboratoire de Cyberpsychologie, notamment grâce à des liens de collaboration actifs avec tous les chercheurs de cette équipe (publications, etc.) ainsi que des collaborations internationales.

Il a eu la chance de bénéficier de plusieurs prix et honneurs, dont notamment l'obtention d'une Chaire de Recherche du Canada en Cyberpsychologie Clinique, du Annual Cybertherapy Excellence in Research Award et, en 1995 le prix de la Société Canadienne de Psychologie du Nouveau Chercheur. Il a déjà plusieurs publications à son actif et a reçu plusieurs subventions d'infrastructure et de fonctionnement. Ses principaux projets de recherche en cours portent sur l'efficacité de la réalité virtuelle dans le traitement de la phobie spécifique des vols en avion et des troubles d'anxiété plus complexes (anxiété sociale, trouble panique, etc.), dans l'analyse des prédicteurs d'efficacité de la télépsychothérapie (notamment, la relation thérapeutique et la motivation), et dans l'analyse des facteurs expliquant le potentiel thérapeutique de la réalité virtuelle (notamment, le sentiment de présence et le rôle des émotions).

- Patrice Renaud, Ph.D., co-directeur du labo:

 

 

 

 


Lien courriel

(819) 595-3900#4412
Fax : (819) 595-2250

Patrice Renaud a reçu une formation à la fois en psychologie expérimentale (psycho-physiologie), en ergonomie et en psychologie clinique (approche cognitive-behaviorale). L'orientation de ses recherches dénote un souci constant d'intégrer le problème de l'interaction humain-machine au coeur des questions propres à la psychologie clinique et fondamentale. Ses travaux des dernières années l'ont amené à concrétiser ce programme en utilisant les technologies immersives de la réalité virtuelle. Il travaille présentement à l'analyse de données renseignant sur la dynamique de positionnement, d'orientation et d'activités oculaires en réalité virtuelle. Les liens les plus spécifiques unissant la dynamique perceptivo-motrice au contenu virtuel exploré, aux différents niveaux d'immersion et de présence vécus font l'objet de ses recherches.

Les résultats obtenus concernent donc l'analyse fondamentale de la performance ainsi que des processus de perception et d'attention, et ce dans la perspective de la psychologie écologique et de l'ergonomie. Ils concernent également l'application de la réalité virtuelle en psychologie clinique et en entraînement. À cet égard, les recherches du docteur Renaud portent sur le développement d'un test comportemental (utilisable en clinique des troubles anxieux) ainsi que d'un protocole d'évaluation des préférences sexuelles (utilisable en clinique de la délinquance sexuelle), en réalité virtuelle. Ces deux applications cliniques, transposées en cyberpsychologie, ont en outre l'avantage de permettre l'exploration de tropismes fondamentaux à la base de l'ensemble du spectre comportemental.

D'un point de vue plus spéculatif, les techniques du virtuel, comme instruments de mesure et comme générateurs d'espace de fiction, apparaissent au Dr Renaud comme source d'interrogation pour l'étude épistémologique de la psychologie. Ce dernier champ d'investigation offre l'intérêt d'un examen des a priori sur lesquels se fondent à la fois le concept de virtuel ainsi que ceux de mesures des phénomènes.

- Annie Aimé, Ph.D. :

 

 

 

 

 

Lien courriel
(819) 595-3900#2362
Fax : (819) 595-2250

Annie Aimé a obtenu son doctorat en psychologie à l'Université Laval en 2002. Elle pratique la psychologie clinique auprès d'une clientèle adulte depuis 1998. Tant au point de vue clinique que sur le plan de la recherche, elle s'intéresse aux problèmes de santé mentale en général et, plus particulièrement, aux dépendances, aux troubles de conduites alimentaires ainsi qu'à l'obésité.

Ses projets de recherche actuels s'articulent principalement autour de trois grands axes: (1) l'identification de trajectoires de développement du poids; (2) les facteurs psychosociaux associés à des problèmes d’alimentation et de poids; (3) l'évaluation des effets anxiogènes et dépressifs lors d'immersions en réalité virtuelle chez des individus préoccupés par leur silhouette et leur poids.

- Ilham Benyahia, Ph.D. :

 

 

 

 

 

Lien courriel
(819) 595-3900#1749
Fax : (819) 773-1638

Dr llham Benyahia est professeur au Département d'informatique et d’ingénierie de l'université du Québec en Outaouais (UQO), depuis 1997. Elle détient  un doctorat en informatique (1993) de l'Université Pierre et Marie Curie (UPMC) à Paris, France. Elle a ensuite occupé un poste de chercheur postdoctoral au Centre de Recherche sur les Transports (CRT), Université de Montréal. De 1995 à 1997, elle a occupé un poste de  chercheure à l'Institut de Recherche d'Hydro-Québec (IREQ). Ses intérêts de recherche portent sur : l'intelligence artificielle (IA) pour résoudre des problèmes complexes en matière de télécommunications et de transport liés aux  Systèmes de Transport Intelligents (STI). Sa recherche en IA est basée sur l’apprentissage supervisé, par renforcement et les métaheuristiques basées sur des phénomènes naturels  (algorithmes génétiques, programmation génétique et les algorithmes basés sur les colonies de fourmis, etc). Relativement aux STI, elle travaille sur la répartition dynamique de véhicules, les véhicules connectés et les véhicules autonomes, avec un intérêt particulier pour les comportements cognitifs et les facteurs humains. Prof  Benyahia  est aussi intéressée par la gestion des informations et les communications des véhicules connectés pour la sécurité routière et plus particulièrement  les communications entre les véhicules d'urgence.


- Stéphanie Cormier, Ph.D. :

 

 

 

 

Lien courriel
(819) 595-3900#2309
Fax : (819) 595-2250

Stéphanie Cormier a obtenu un doctorat en psychologie - recherche et intervention, option psychologie clinique de l’Université de Montréal en 2013. Elle est professeure au Département de psychoéducation et de psychologie de l’Université du Québec en Outaouais. Elle œuvre également comme psychologue clinicienne spécialisée en psychologie de la santé et détient plusieurs années d’expérience en gestion de la douleur chronique. Ses recherches portent sur les facteurs psychosociaux associés à la maladie chronique et à son traitement. Entre autres, elle s’intéresse à l’impact des variables cognitives, affectives et sociales sur l’expérience de la douleur de même que sur la réponse à son traitement. Ses études portent notamment sur la contribution des attentes à la régulation de la douleur, tant au niveau physiologique que psychiatrique. Elle s’intéresse également à l’apport de la réalité virtuelle à la gestion de la douleur aiguë et chronique. Les travaux menés par le Dr Cormier ont pour but, d’une part, d’améliorer la compréhension des mécanismes psychophysiologiques qui sous-tendent l’expérience de la douleur et, d’autre part, d’optimiser les soins destinés aux individus qui souffrent de douleur chronique.

- Ana-Maria Cretu, Ph.D. :

 Lien courriel
(819) 595-3900#1527
Fax : (819) 773-1638

 

Ana-Maria Cretu a obtenu son Doctorat en Génie Électrique et Génie Informatique à l'Université d'Ottawa en 2009. Parmi les nombreuses bourses d'études et distinctions, elle reçue en 2009 une nomination pour un prix pour la meilleure thèse doctorale par le comité de thèse et en 2010 la Bourse Postdoctorale Mitacs-Accélération Augmentée (en collaboration avec PCI Geomatics). Elle est maintenant professeure au département de l'informatique et d'ingénierie à l'UQO. En plus d'enseigner les cours "Réalité virtuelle" et "Interfaces personne-ordinateur" à l'UQO, ses intérêts de recherche sont aussi liés à la perception et modélisation des objets 3D, la perception tactile, l'intelligence artificielle, l'apprentissage informatisée et l'imagerie.

- Michel Dugas, Ph.D. :

 

 

 

 



 

 

Lien courriel
(819) 595-3900#2509
Fax : (819) 595-2250

Je suis présentement professeur de psychologie à l’Université du Québec en Outaouais et chercheur au Centre de recherche de l’Hôpital du Sacré-Cœur et au Centre de recherche clinique en santé de l’Université Concordia. Au cours des 15 dernières années, mes étudiants-es, collègues et moi avons mené des études cliniques portant sur les processus psychologiques et sociaux pouvant être impliqués dans l’étiologie du trouble d’anxiété généralisée (TAG). Ce domaine de recherche a permis l’élaboration d’un traitement psychologique du TAG s’appuyant sur un modèle cognitif développé lors de nos études antérieures. Ce traitement, qui cible les quatre composantes de notre modèle (soit l’intolérance à l’incertitude, la surestimation de l’utilité de s’inquiéter, les difficultés de résolution de problèmes et l’évitement cognitif), a été validé dans quatre études cliniques randomisées et subventionnées par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Dans l’ensemble, les résultats de ces études indiquent que notre traitement est efficace pour la majorité des individus souffrant du TAG, et que leurs gains thérapeutiques semblent se maintenir, voire augmenter, sur une période d’au moins deux ans suite au traitement. Bien que ces résultats soient encourageants, notre équipe de recherche tente actuellement de trouver des moyens pour améliorer le traitement, entre autre en raffinant notre compréhension des mécanismes impliqués dans le développement, le maintien et le traitement des inquiétudes excessives et du TAG. À titre d’exemple, nous étudions actuellement : (1) l’impact d’un programme de modification des interprétations sur les symptômes du TAG; (2) le rôle de la colère dans l’étiologie de l’inquiétude et du TAG; et (3) l’efficacité d’un nouveau traitement comportemental qui cible exclusivement l’intolérance à l’incertitude. Nous souhaitons qu’avec de telles études, nous parviendrons à comprendre davantage les processus cognitifs, comportementaux et affectifs impliqués dans l’étiologie des inquiétudes excessives et le TAG, afin d’être en mesure de développer des traitements plus efficaces pour ceux et celles souffrant de ce trouble anxieux fort répandue.

- Daniel Fiset, Ph.D. :

 

 

Lien courriel
(819) 595-3900#2357
Fax : (819) 595-2250

Daniel Fiset a obtenu son doctorat en psychologie - neuro-psychologie à l'Université de Montréal en 2004. Ses domaines de spécialisation et intérêts de recherche sont reliés aux thèmes suivants: la cognition visuelle, la reconnaissance de visages et prosopagnosie, la lecture/dyslexie acquise, les expression faciales/émotions, la psychophysique ainsi que l'utilisation de la réalité virtuelle dans le domaine de la neuro-psychologie.

- Geneviève Forest, Ph.D.:

 

 

 

 

Lien courriel
(819) 595-3900#4434
Fax : (819) 595-2250

Pendant trois ans, Geneviève Forest a travaillé à titre de neuropsychologue clinicienne au Centre hospitalier Pierre-Janet, où elle a développé une expertise dans l'évaluation cognitive en psychiatrie. Elle détient également une solide formation en électrophysiologie et chronobiologie, sciences qui étudient le sommeil et les rythmes biologiques. L'objectif principal de son programme de recherche est de mieux définir le rôle du sommeil dans la performance cognitive et son lien avec la sécrétion de certaines hormones et la santé mentale.

Ces travaux utilisent différentes méthodologies afin d'étudier cette problématique, laquelle peut être regroupée en trois grands axes de recherche. Le premier axe consiste en une série d'études portant sur les effets de la privation de sommeil sur la performance cognitive, sur la sécrétion d'hormones et sur l'activité corticale (activité électroencéphalographique ou EEG). Le deuxième axe porte sur le l'étude du rôle du sommeil dans la consolidation et l'efficacité des apprentissages. Finalement, le dernier axe se penche sur l'impact des perturbations du sommeil sur le fonctionnement cognitif, la satisfaction de vie et sur les symptômes psychiatriques chez les personnes souffrant de troubles de santé mentale sévères.

L'implication du Dr Forest au sein du Laboratoire de cyberpsychologie est caractérisée par l'utilisation de la réalité virtuelle pour créer des tâches cognitives s'apparentant à la vie réelle. Plus précisément, cette technologie sera utilisée dans les projets de recherche visant à préciser le rôle du sommeil dans l'apprentissage et dans l'étude des effets d'une privation de sommeil sur la performance. Cette jeune chercheure présente un dossier de recherche en développement et elle vise l'aménagement d'un Centre de recherche sur le sommeil à l'Université du Québec en Outaouais. Son expertise unique à l'UQO vient consolider les liens multidisciplinaires au sein des chercheurs de cette université.

- Hélène Forget, Ph.D.:

 

 

 

 

 

Lien courriel
(819) 595-3900#2261
Fax : (819) 595-2250

Hélène Forget a débuté sa carrière de professeur à l'UQO en 2001. Elle a une formation à la fois en sciences biomédicales (neuroendocrinologie) et en neuropsychologie expérimentale acquise à la suite d'un post-doctorat de quatre ans à l'Université du Québec à Montréal. De plus, elle complète présentement une formation en neuropsychologie clinique où elle développe une expertise dans l'évaluation cognitive auprès des populations âgées normales et pathologiques. Le principal objectif de ses travaux de recherche est de mieux comprendre l'interaction entre les hormones et le fonctionnement cognitif. Ses recherches se penchent, d'une part, sur l'impact d'un dérèglement hormonal sur les fonctions cognitives dans certaines pathologies endocriniennes telles que le syndrome de Cushing, la maladie de Graves et le syndrome prémenstruel ainsi que dans le vieillissement normal et pathologique. D'autre part, ses travaux tentent de mieux définir le rôle des hormones - comme le cortisol et les hormones sexuelles - dans les déficits cognitifs rencontrés dans les troubles de santé mentale tels que les troubles du sommeil et les troubles anxieux.

Les implications du Dr Forget au sein du Laboratoire de cyberpsychologie sont multiples. Par exemple, elle participe au développement de tâches cognitives s'apparentant à la vie réelle en utilisant l'immersion en réalité virtuelle. Ces outils virtuels seront validés auprès de populations cliniques et vieillissantes. De plus, les technologies de réalité virtuelle seront utilisées afin de créer des environnements susceptibles d'induire des modifications dans la relâche des hormones afin d'évaluer l'impact des changements hormonaux sur la performance cognitive.

- Claudine Jacques, Ph.D.:

 

 

 

 

 

Lien courriel
(819) 595-3900 #2272
Fax : (819) 595-2250

Claudine Jacques a obtenu son doctorat en psychologie, option psychoéducation  en 2012 à l’université de Montréal sous la supervision du Dr Laurent Mottron. Elle a travaillé pendant environ 15 ans à titre de psychoéducatrice à l’hôpital Ste-Justine, puis à l’hôpital Rivière des Prairies, où elle a développé une expertise dans l’évaluation et l’intervention auprès de la clientèle ayant un trouble du spectre de l’autisme (TSA). Les objectifs principaux de ces recherches s’articulent autour de 2 axes: (1) la documentation et utilisation des comportements stéréotypés et des intérêts restreints (CSIR) des personnes ayant un TSA dans le cadre de l’évaluation diagnostique et établissement de priorités adaptatives en bas âge dans l’autisme; (2) la mise en place de stratégies d’intervention adaptées aux particularités cognitives des personnes ayant un TSA sans déficience intellectuelle.

Dans le cadre du laboratoire de cyberpsychologie, Dr Jacques utilisera la réalité virtuelle pour créer des environnements sociaux s’apparentant à la vie réelle pour travailler le décodage des émotions et des situations interactives, l’acquisition d’habiletés sociales, le développement de stratégies de résolution de problèmes, et ainsi amener une réduction de l’anxiété sociale chez les personnes ayant un TSA.

- Christophe Maïano, Ph.D.:

 

 

 

 

 

Lien courriel
(450) 530-7616 #4052
Fax : (819) 595-2250

Christophe Maïano, a obtenu son doctorat (Ph.D) en Sciences du Mouvement Humain en 2003, à l’Université Montpellier I. Il est Professeur au Département de Psychoéducation et de Psychologie de l’UQO et spécialisé dans (a) l’intervention psychosociale ou en activité physique (adaptée) auprès de clientèles présentant une déficience intellectuelle, des troubles de santé mentale ou des troubles métaboliques ; et (b) la prévention et l’éducation pour la santé auprès de clientèles présentant des troubles de santé mentale ou physique.

Ses travaux de recherche s'articulent autour de quatre grands axes: (1) l’identification des facteurs contextuels (comparaison sociale, stéréotypes, autrui significatifs, pairs, école, etc.) impliqués dans la formation et le développement du concept de Soi des adolescents avec ou sans déficience intellectuelle ; (2) l’étude des effets du concept de Soi sur l’adaptation biopsychosociale des adolescents avec ou sans déficience intellectuelle (obésité, troubles des conduites alimentaires, dépression, etc.) ; (3) le développement et la validation d’outils auto-évaluatifs (long et court) relatifs au rapport au corps (soi physique, image du corps, etc.), aux attitudes et comportements alimentaires problématiques, et aux troubles internalisés (dépression, anxiété, etc.) ; (4) l’évaluation des effets biopsychosociaux de programmes de réadaptation ou de réhabilitation couplant activité physique et réalité virtuelle.

- André Marchand, Ph.D. (UQÀM):

 

 

 

 

 

Lien courriel
(514) 987-3000 #8439
Fax : (514) 987-7953

André Marchand est professeur titulaire au Département de psychologie de l'UQÀM, professeur associé au département de psychiatrie de l’Université de Montréal, chercheur régulier et co--directeur au Centre de recherche Fernand-Seguin (CRFS). Il est aussi Directeur du Laboratoire d’Étude du Trauma (LET) et du Groupe de Recherche sur l’anxiété et la panique (GRAP) au département de psychologie à l’UQÀM.

Dr Marchand s'intéresse à l'évaluation et au traitement cognitif et comportemental des troubles anxieux, principalement le trouble panique, l'état de stress post-traumatique ainsi que le trouble d'anxiété généralisée. Il s'intéresse aussi à la cooccurence des troubles anxieux. Il tente de développer des outils d'évaluation spécifiques et de trouver les modalités d'intervention les plus efficientes pour traiter les individus aux prises avec un trouble anxieux. Il cherche à évaluer les effets thérapeutiques, à court, moyen et long terme, de différentes stratégies d'intervention et à mieux connaître les facteurs et les mécanismes qui produisent ces effets, à cerner davantage les processus à l'origine du changement thérapeutique (l'alliance thérapeutique, l'intervention spécifique, les attentes, etc.). Il évalue les coûts reliés aux effets thérapeutiques ainsi qu'aux bénéfices pour le client. Il tente d'appliquer de nouvelles technologies au traitement des troubles anxieux (p. ex., la réalité virtuelle, la télépsychothérapie).

Dr André Marchand est l'auteur de plusieurs articles, chapitres de livre et de livre sur  les troubles anxieux dont l'ÉSPT en plus d'effectuer de nombreuses conférences, ateliers de formation et de participer à des émissions de radio et de télévision.

- Olivier Mesly, Ph.D. :

 

 

 



Lien courriel
(819) 595-3900 #1728

Olivier Mesly est professeur au département des sciences administratives. Il détient un post-doctorat de HEC Montréal, un doctorat en marketing, un MBA en marketing international et un B.A. en études asiatiques de l'université McGill. Il a travaillé plusieurs années à titre de directeur du marketing international. Il a développé le modèle consolidé de prédation (CMFP) qui examine les rapports de forces et de faiblesses (positions prédateur-proie) entre agents du marché, comme lors de crises économiques. Ce modèle a trouvé des applications dans le domaine de la psychologie, du droit (notamment pour un cas présentement en Cour à Montréal), en finance comportementale, en neurobiologie et bien sûr en sciences économiques. Le prof. Mesly travaille présentement  sur une version en réalité virtuelle de son modèle de prédation au laboratoire de cyberpsychologie de l’UQO.

- Johana Monthuy-Blanc, Ph.D. (UQTR):

 

 

 

Lien courriel
(819) 376-5011 #3636
Fax : (819) 376-5127

Dr Monthuy-Blanc est professeur au Département des sciences de l'Éducation de l'UQTR. Elle détient un Doctorat en éducation de l'Université de Sherbrooke et en Sciences du mouvement humain à l'Université Montpellier 1 en France. Elle entretient plusieurs collaborations de recherche au Québec et en Europe (Espagne, Pologne, France, Belgique). Parmi les prix et distinctions reçues, elle a été retenue par la commission de présélection des bourses d'excellence pour étudiants étrangers (FQNT), nominée au prix des meilleures thèses québécoises de 2010 (Université de Sherbrooke) et obtenu le 2e prix régional de Femme et Sport et le trophée Jeunesse et Sports en France.

Parmi ses nombreux intérêts de recherche, on retrouve les troubles de comportement alimentaires, le concept de soi, l'image du corps, l'activité physique, l'évaluation écologique instantanée, la série temporelle ainsi que la prévention primaire, secondaire et tertiaire. Depuis quelques années, elle s'intéresse à l'utilisation de la réalité virtuelle dans l'évaluation et le traitement des troubles de comportement alimentaires et la perception de l'image corporelle.

- Pierre Nolin , Ph.D. (UQTR):

 

 

 

 



Lien courriel

(819) 376-5011#3544
Fax : (819) 376-5075

Pierre Nolin a obtenu son doctorat en neuropsychologie de l'Université du Québec à Montréal. Il est professeur titulaire et chercheur en neuropsychologie à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) depuis 1989. Il est l'un des responsables de l'orientation  « neuropsychologie clinique » donnée au niveau des cycles supérieurs à l'UQTR. Il est directeur du Laboratoire de Recherche Interdisciplinaire en Réalité Virtuelle (LARI-RV) de l'UQTR. Il est aussi membre du Groupe de Recherche en Développement de l'Enfant et de la Famille (GREDEF) et du Groupe de Recherche et d'Intervention en Négligence (GRIN). Il a pratiqué la neuropsychologie de 1983 à 1989 dans divers centres de réadaptation et hôpitaux du Québec, dont le Centre de Réadaptation Lucie-Bruneau, l'Hôpital Juif de Réadaptation et le C.R. Le Bouclier.

Ses intérêts de recherche couvrent l'utilisation de la réalité virtuelle comme moyen d'évaluation et d'intervention en neuropsychologique, le effets neuropsychologiques de la maltraitance, la mémoire, les fonctions exécutives et l'apprentissage auprès des TCC sévères et aussi la problématique du diagnostic différentiel chez les traumas légers (enfants et adultes). Il a obtenu le prix de reconnaissance en enseignement aux cycles supérieurs de l'UQTR en 2003 et le Prix Professionnel de l'Ordre des Psychologues du Québec en 2005. Les travaux actuellement en cours portent principalement sur le développement d'un environnement virtuel visant à évaluer et à réadapter les fonctions exécutives (Le Virtual Multitasking Test) et l'étude de l'attention, de la mémoire prospective et des fonctions exécutives auprès de clientèles neurologiques, dont les enfants et les adultes ayant subi un traumatisme craniocérébral, via la réalité virtuelle et l'évaluation neuropsychologique

- Kieron O'Connor, Ph.D. :

 

 

 

 

 

Lien courriel
(514) 251-4015 #2343
Fax : (514) 251-2617

Kieron O'Connor est chercheur titulaire au département de psychiatrie à l'Université de Montréal et directeur du Centre d'étude sur les troubles obsessionnels-compulsifs et des tics. Il concentre ses travaux sur l'application et l'amélioration de l'efficacité des interventions psychologiques auprès de patients qui présentent des troubles du spectre obsessionnel-compulsif. Il a mis en place trois équipes de recherche qui travaillent sur le syndrome Gilles de la Tourette, le trouble délirant et le trouble obsessionnel-compulsif (TOC). Son approche est particulièrement innovatrice en ce sens qu'elle combine des méthodologies cliniques et psychophysiologiquesDr O'Connor s'intéresse aussi à l'utilisation de la réalité virtuelle dans le traitement du TOC.

 

- David Paquin, Ph.D. :

 

 

 

 

 

Lien courriel
(819) 762-0971 #2243
Fax : (819) 797-4727

David Paquin est professeur et cofondateur du département en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT). Il détient une maitrise en gestion de projet ainsi qu’un doctorat en audiovisuel de l’École Supérieure d’AudioVisuel (ESAV) de l’Université de Toulouse II Le Mirail. Il est membre du Réseau international universitaire en création numérique (RUN) et du Réseau Transméditerranéen de Recherche en Communication (RTRC) de l’UNESCO. Le professeur Paquin est fortement impliqué dans le développement de la formation universitaire en création numérique au Québec, étant notamment concepteur des programmes de 1er et 2e cycles en création numérique, en imagerie de synthèse, en effets visuels et en jeux vidéo de l’UQAT.

Le professeur Paquin a un profil hybride et polyvalent d’artiste – designer – ingénieur – concepteur développeur – bidouilleur – et gestionnaire de projet. Ses nombreux intérêts de recherche portent sur les interactions hommes-machines, l’immersion technologique, l’imagerie de synthèse, le jeu vidéo, le design expérientiel, la gestion de projet agile et la réalité virtuelle. Sa dernière création, l’Archange Numérique présentée au CERN au printemps 2015, est une œuvre immersive et interactive conçue à l’aide des plus puissantes technologies utilisées dans le domaine de la réalité virtuelle.  Cette œuvre génère une complexe imagerie de synthèse en temps réel à l’aide d’algorithmes procéduraux et comportementaux qui étudient le rapport qu’entretient le spectateur avec l’Archange Numérique. L’œuvre est dotée d’une autonomie et d’une intelligence artificielle;  elle a la capacité de produire des « propriétés émergentes » par le biais de calculs simples d’où émerge une incroyable complexité. https://vimeo.com/125835969.

- Dominique Trottier, Ph.D. :

Lien courriel
(819) 595-3900 #1957
Fax : (819) 595-2250

Dominique Trottier est professeure au Département de psychoéducation et de psychologie de l’Université du Québec en Outaouais et chercheure associée au Centre de recherche de l’Institut Philippe-Pinel de Montréal ainsi qu’au Centre de recherche de l’Institut Universitaire en Santé Mentale de Montréal. Titulaire d’un doctorat en psychologie de l’Université de Montréal, elle œuvre comme clinicienne auprès de clientèles judiciarisées et se spécialise dans l’évaluation des délinquants sexuels. Ses travaux de recherche s’articulent autour de trois principaux axes : (1) l’évaluation des intérêts sexuels déviants en immersion virtuelle, (2) l’étude phénoménologique de l’expression sexuelle en ligne et sur les médias sociaux, et (3) l’évaluation des facteurs explicatifs des comportements d’intimidation et de cyberintimidation.


Étudiants (Candidats au Ph.D.):

    • Oliver Baus
    • Jessie Bossé
    • Stéphanie Dumoulin
    • Tanya Guitard
    • Alain Hajjar
    • Vickie Hébert
    • Claudie Loranger
    • Paméla Quintana
    • Cidalia Silva
    • Manon St-Pierre
    • Noémie Tardif


Personnel:

Coordonnatrice des projets de recherche:

  • Geneviève Robillard, M.Sc.

 

Techniciens en informatique:

  • Christian Villemaire, B.A.
  • Dominic Boulanger, A.E.P.
  • Louis-Martin Rivard, B.A.